MK-Ultra : le projet secret de la C.I.A. de manipulation mentale

MK-Ultra est un ensemble de projets et de sous-projets menés par la C.I.A. à partir de 1951 jusqu’au début des années 70 dans le but de mettre au point des techniques de manipulation mentale et de contrôle des cerveaux.
De nombreuses expériences furent menées dans des domaines aussi variés que la biologie et le domaine médical, l’électronique et massivement sur la création et l’utilisation de drogues de synthèse.
Si une partie des cobayes était consentante, la grande majorité de ces expériences furent menées à l’insu des victimes, autant sur les propres employés de la CIA que sur des militaires, des enfants ou des civils en tout genre.

Mise en place du projet

Depuis le XIXè siècle et au début du XXè siècle, l’émergence de la psychologie, de la sociologie mais aussi les progrès en chimie vont mener aux premières expérimentations sur le comportement et le conditionnement, en particulier au sein des centres de détentions et dans les hôpitaux et asiles sur des patients alors atteints de troubles du comportement, jugés comme fous ou handicapés mentaux.
Durant la seconde guerre mondiale, les expérimentations menées par les « savants » nazi atteindront le comble de l’horreur.
Au sortir de la guerre, les États-Unis vont rapidement rentrer dans un conflit fasse à leur ancien allié : l’U.R.S.S. C’est le début de la guerre froide.
Avec la toute récente création de la C.I.A. en 1947 par le président Truman, les initiatives pour garder une longueur d’avance sur les communistes vont bon train. Dans ce cadre et avec l’aide des scientifiques allemands récupérés grâce à l’opération Paperclip, vont naitre dès 1951 et sous l’impulsion du directeur adjoint de la C.I.A. Allen Dulles, les projets Bluebird puis Artichoke qui deviendront ensuite MK-Ultra, dirigé par le psychiatre spécialiste des armes chimiques et des poisons : le Docteur Sidney Gottlieb surnommé « le sorcier noir ». Ce dernier sera particulièrement connu pour des actions de la C.I.A. visant à éliminer différents leaders politiques à travers le monde en usant de poisons, de virus et de la génétique. Le plus connu étant Fidel Castro dont le nombre de tentatives d’assassinat dans le cadre de l’opération Mongoose est aussi édifiant que le nombre de méthodes employées en vain.

Sidney Gottlieb

Les objectifs du projets

Comme indiqué, le projet MK-Ultra intervient dans le contexte de la guerre froide. Tout ce qui peut permettre de devancer les communistes et d’obtenir des renseignements est bon à prendre.
Dans ce sens la mise au point de sérums de vérité et de substances variées provoquant des modifications du comportement permettant de manipuler les sujets ciblées devient la priorité du projet.
D’après un document déclassifié, une partie des substances faisant l’objet de recherche est listée de la façon suivante :

  1. substances provoquant un raisonnement illogique et une impulsivité au point que le sujet se discréditera en public ;
  2. substances augmentant les capacités mentales et les capacités de perception ;
  3. substances empêchant ou contrariant les effets toxiques de l’alcool ;
  4. substances augmentant les effets toxiques de l’alcool ;
  5. substances produisant les signes et symptômes de maladies connues de façon réversible, pouvant être ainsi utilisées pour les simuler ;
  6. substances rendant la persuasion de l’hypnose plus facile ou qui augmentent son utilité ;
  7. substances renforçant les capacités de l’individu à supporter privation, torture et coercition pendant un interrogatoire ou un lavage de cerveau ;
  8. substances et méthodes physiques produisant l’amnésie des événements se déroulant avant et pendant leur utilisation ;
  9. méthodes physiques pour produire choc et confusion sur de longues périodes et susceptibles d’être utilisées de façon furtive ;
  10. substances provoquant des incapacités physiques comme paralysie des jambes, anémie aiguë, priapisme… ;
  11. substance produisant une euphorie « pure », sans « re-descente » ;
  12. substances altérant la personnalité de telle façon que la tendance du sujet à devenir dépendante d’une autre personne est augmentée ;
  13. substances causant une telle confusion mentale que l’individu sous son influence lors d’un interrogatoire trouvera difficile de soutenir une histoire fabriquée ;
  14. substances qui font baisser l’ambition et l’efficacité générale de l’homme lorsque administrées en quantités indétectables ;
  15. substances qui provoquent faiblesse et distorsion visuelle ou auditive, de préférence sans effets permanents ;
  16. pilule assommante qui peut être administrée subrepticement dans la nourriture, les boissons, les cigarettes, ou sous forme d’aérosol, etc., qui peut être utilisée en toute sécurité, provoque une amnésie maximum, et qui pourrait convenir à certains types d’agents sur une base ad hoc ;
  17. substances qui peuvent être administrées subrepticement par les voies supérieures et qui, en très petites quantités, rendent impossible toute activité physique.

Les différentes expérimentations

Les drogues

Les expériences sont principalement axées sur les drogues de synthèse et plus particulièrement sur un nouveau psychotrope : le LSD.
Testé sur des volontaires mais également sur du personnel militaire et sur des civils à leur insu aussi bien en Amérique du nord qu’en Europe.
Des prostituées, sous le contrôle des agents de la C.I.A. servaient parfois de relai en diluant du LSD dans les boissons qu’elle proposent à leurs clients (hommes politiques, espions, membres du parti communiste etc…) afin de leur soutirer des informations.
L’utilisation de LSD est finalement abandonnée, ses effets étant imprévisibles et les sujets faisant de fréquents « bad trip ».

On peut aussi trouver parmi les drogues utilisées un cocktail de barbituriques et de méthamphétamines en intraveineuse pour un résultat hasardeux et provoquant parfois la mort du sujet. Ces injections étaient parfois suivies de séances d’électrochocs à des puissances allant jusqu’à 40 fois celles normalement utilisées.

Les solutions électroniques

Le sous-projet 119 du programme MK Ultra avait pour but l’étude des signaux bioélectriques du corps humain et en particulier du cerveau, permettant l’activation d’un sujet à distance.
Ce projet se concentre sur 5 domaines :

  • les senseurs bioélectriques : sources de potentiel électrique significatif et méthodes de pick-up ;
  • l’enregistrement : amplification, enregistrement électronique et autres enregistrements multicanaux ;
  • l’analyse : auto-corrélateurs, analyseurs de spectre, etc. et coordination avec des équipements de traitement de données ;
  • la standardisation des données pour la corrélation avec les indices biochimiques, physiologiques et comportementaux ;
  • les techniques d’activation de l’organisme humain par des moyens électroniques distants.

Ces études reposent sur la neurophysiologie, la biophysique, l’anatomie, la psychologie physiologique, la neuropsychiatrie, l’électronique, la télémétrie et l’ingénierie des communications.
Une expérience réalisée dans le cadre du projet a permis de modifier à distance le comportement des sujets en leur implantant des électrodes dans le cerveau.

Expérimentation sur les enfants

La manipulation mentale des enfants a été étudiée dans le but, entre autre, d’en faire de futurs espions ou assassins.
Parmi ces expériences on peut trouver celles sur des enfants atteints de troubles dissociatifs et traités au sein du Centre international de vacances d’été pour enfant, complice de ces tests. Au lieu d’être traités, les enfants étaient maintenus encore plus profondément dans leur trouble dissociatif au moyen de drogues, d’irradiation, d’électrochocs et d’abus sexuels perpétrés par les soit disant médecins du centre.

Fin du projet et révélations

En 1972, le directeur de la C.I.A. Richard Helms ordonne la destruction complète des archives du projet MK-Ultra.
Si de fait il est difficile d’avoir une compréhension globale du projet, de nombreux documents ont pu cependant refaire surface grâce au FOIA (Freedom of Information Act) et à l’acharnement de John Greenewald, fondateur du site The black vault qui a obtenu la déclassification de 1500 documents puis des 800 derniers que la C.I.A. refusait de partager. Tous ces documents sont disponibles sur le site en consultation libre et gratuite !
On estime à 150 le nombre de sous projets encadrés par MK-Ultra et à minima 125 substances testées.

En 1974, le New-York Times révèle les activités illégales de l’Agence sur le territoire américain.
A la suite de ces révélations, 2 commissions d’enquête seront mises en place. La commission Church à l’initiative du Congrès et la commission Rockefeller à l’initiative de la Maison Blanche. Cette dernière commission enquêtera également sur d’autres activités de la C.I.A. sur le sol américain, entre autre la présence de 2 agents présents à Dallas au moment de l’assassinat du président J.F. Kennedy.
Jusqu’en 1988, les différentes enquêtes permettront de mettre en lumière les différentes activités et expérimentations menées au sein de MK-Ultra, mettant en exergue les abus infligés à de nombreuses victimes.
Un certain nombre d’entre elles viendront témoigner de ces abus, notamment sexuels, des mauvais traitements, de l’ingestion forcée de drogues alors qu’elles n’avaient qu’entre 5 et 10 ans à l’époque.

Une enquête sur les circonstances du décès de Franck Olson, un biologiste spécialiste en armes chimiques qui se serait défenestré suite à l’absorption de LSD à démontré que contrairement aux affirmations du docteur Gottlieb, Olson aurait été drogué à son insu, malgré des rapports sur ses tendances suicidaires. L’inhumation du corps a aussi montré qu’il a été frappé à la tête avant sa chute mortelle.
Selon le fils d’Olson, son père aurait été assassiné en raison de ses connaissances des tortures infligées aux cobayes.
D’autres morts suspectes ont été la cible d’enquêtes sans que puisse être prouvée la culpabilité des responsables du projet.

Le 3 octobre 1995, le président Bill Clinton, devant l’accumulation de révélations décide de présenter des excuses officielles pour les exactions commises en secret par la C.I.A. sur le sol américain.

Si le programme MK-Ultra est officiellement clôt, nul doute que les méthodes testées restent employées par la C.I.A. en particulier dans la lutte anti-terroriste ou dans le secret des interrogatoires de Guantanamo.
En parallèle de MK-Ultra et également mis en lumière par la commission Church, on peut citer l’opération Mockingbird mise en place par l’Agence et visant à contrôler les médias non seulement américains mais aussi dans le monde entier.
Dans la lignée des grands scandales des agences de renseignements américaines, en 2013 l’ancien analyste et lanceur d’alertes Edward Snowden dénonce l’espionnage et la surveillance illégale du peuple américain par la NSA.

 

Si mes articles vous plaisent, si vous aimez le paranormal, le fantastique et que vous souhaitez échangez votre avis à ce sujet ou me faire des suggestions pour les futurs articles, je vous invite à me suivre sur Twitter et vous pouvez rejoindre mon serveur Discord
Sources : Wikipedia, The Black Vault, Mediapart

4 réflexions sur « MK-Ultra : le projet secret de la C.I.A. de manipulation mentale »

  1. C’est à la fois passionnant et glaçant. Merci pour cet excellent article, complet et qui cite ses sources.
    Ne pourrait-on pas imaginer une implication, du moins un échange des résultats de ces expériences, avec certains acteurs du lobby pharmaceutique ?
    C’est peut-être idiot comme réflexion, mais je ne peux pas m’empêcher de penser aux thérapeutiques chimiques actuelles, prescrites en cas de trouble(s) psychiatrique(s) léger(s) ou sévère(s), pour lesquels on relève justement des effets secondaires qui induisent une modification du comportement, de la pensée, voire dans certains cas, un phénomène de dépersonnalisation.
    Dire que ce n’est probablement que la partie émergée de l’iceberg…

    J'aime

    1. On peut tout imaginer avec eux…
      Et en même temps ça condamne les criminels de guerre nazis mais ça les ramène à la maison et ça reprend leurs travaux… Résultats : bébés thalidomides, le gaz VX, l’agent orange…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s